Preview

 

Guillaume Tremblay, réalisateur

Eric Emmanuel Schmitt

En quelques années, Eric-Emmanuel Schmitt est devenu un des auteurs francophones les plus lus et les plus représentés au monde. Ses livres sont traduits en 43 langues et plus de 50 pays jouent régulièrement ses pièces.

Né en 1960, normalien, agrégé de philosophie, docteur, Eric-Emmanuel Schmitt s'est d'abord fait connaître au théâtre.

En tant qu'essayiste, il fit paraître sa thèse de doctorat sous le titre Diderot ou la philosophie de la séduction (1997).

Amoureux de musique, il a signé la traduction française des Noces de Figaro de Mozart (Théâtre Impérial de Compiègne, 1997 et 1998) et achève celle de Don Giovanni.

Désormais, tout en continuant l'écriture romanesque et théâtrale, il se consacre à l'écriture cinématographique. Après Odette Toulemonde (2007) une comédie sur le bonheur avec Catherine Frot et Albert Dupontel, il adapte Oscar et la dame rose (2009) avec notamment Michèle Laroque, Max Von Sydow, Amira Casar, Mylène Demongeot.

Bien qu'il se tienne à l'écart du monde littéraire et politique, les prix commencent à pleuvoir sur la tête d'Eric-Emmanuel Schmitt : en 2000, l'Académie Française lui donne le Grand Prix du Théâtre pour l'ensemble de son œuvre ; en 2004, il reçoit le Grand Prix du Public à Leipzig, le Deutscher Bücherpreis pour son récit Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran et à Berlin le prestigieux prix Die Quadriga pour "son humanité et la sagesse dont son humour réussit à nourrir les hommes".

Site officiel : Emmanuel Schmitt

Denys Arcand

« Les jeunes d'aujourd'hui voudront fonder des familles stables. Ils voudront reprendre le modèle de leurs grands-parents »

- Tiré du documentaire "Les Héritiers du mouton noir"

Denys Arcand est un réalisateur, scénariste, acteur et producteur de films québécois. Cinéaste au style très varié au fil de sa carrière, il est surtout reconnu pour ses deux grands succès international : Le Déclin de l'empire américain et sa suite, Les Invasions barbares.

Issu d'une famille où la religion tient une place importante, Denys Arcand passe près de dix ans chez les Jésuites, avant de faire des études d'histoire à l'université de Montréal. Il entre par la suite à l'ONF (Office National du Film) et y réalise plusieurs documentaires. Il y dénonce, avec virulence, les conditions de travail des ouvriers du textile. Son goût pour la polémique et son intérêt pour les problèmes politiques et sociaux transparaissent autant dans ses documentaires que dans ses fictions.

En 1986, Le Déclin de l'empire américain, récit des illusions perdues d'intellectuels québécois, empêtrés dans leurs contradictions, le fait connaître du grand public et reconnaître par la critique.

Son film Jésus de Montréal, paru en 1989, retrace ce que le personnage de Jésus a apporté de fondamental à la culture de l'humanité. Quelques paroles «incontournables» d'une sagesse dont on se priverait à tort, rien de plus. Tout le reste de la religion n'est que littérature, réécriture de mythes fondateurs, ou cinéma, ou musique, ou cantate dans une langue que personne ne comprend.

En 2003, Les invasions Barbares lui permettent de retrouver à la fois les personnages du 'Déclin de l'empire américain' et le succès. Sorti dans de nombreux pays, il rafle aussi de très nombreux prix, parmi lesquels un prix d'interprétation à Cannes, trois césars et même un oscar.

Solange Lefebvre

Solange Lefebvre est une théologienne, une anthropologue et une professeure québécoise. Elle enseigne à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Montréal.

Avant ses études théologiques de niveau doctoral, elle a obtenu un baccalauréat au conservatoire de musique du Québec à Montréal. Elle a aussi effectué des études de troisième cycle à l'École des hautes études en sciences sociales en anthropologie sociale.

Elle dirige le centre d'études des religions de l'université de Montréal et elle est à la tête de la Chaire Religion, culture et société.

Suite à la publication du rapport Proulx et à la promulgation de la loi 118, elle a plaidé contre un projet de « laïcité à la française » pour le Québec.

Lefebvre est souvent consultée dans les médias pour éclairer sur les questions religieuses.

Ouvrages publiés :

- Le développement social au rythme de l’innovation
- Mouvements sociaux et changements institutionnels
- La religion dans la sphère publique

Andre Comte Sponville

André Comte-Sponville, né le 12 mars 1952 à Paris, est un philosophe français. Il est membre du Comité consultatif national d'éthique depuis mars 2008. C'est un philosophe se décrivant comme matérialiste, rationaliste et humaniste.

Comte-Sponville tente de rapprocher les réponses des philosophes traditionnels des questions d'aujourd'hui. «Comment vivre ?», « Comment être heureux ? », «La vie a-t-elle un sens ?», «Comment trouver la sagesse sans se soumettre aux religions ?», «Comment être libre ?», «La vertu est-elle encore possible ?», «Jusqu’où va la tolérance ?»

Il propose une métaphysique matérialiste, une éthique humaniste et une spiritualité sans Dieu, présentées comme «une sagesse pour notre temps.» Certains le définissent comme « un chrétien athée ». Lui se définit comme «athée fidèle.»

Il dit avoir perdu la foi à 18 ans, mais il reste de cette foi, chez lui, une morale gréco-judéo-chrétienne et une spiritualité laïque, qui débouche sur une mystique de l’immanence: «Nous sommes déjà dans le Royaume ; l’éternité, c’est maintenant.»

Michel Meyer, directeur de la Revue Internationale de Philosophie, le considère comme "l'un des plus grands philosophes français depuis Sartre"

Site dédié à André Comte-Sponville

Publications récentes

2009 : Du corps

2010 : Le goût de vivre

2012 : Le Sexe ni la mort

Ginette Reno

"Fatiguée de me prendre pour une autre, pendant que d'autres se prennent pour moi; de penser que j'peux sauver la terre, quand j'suis même pas capable de m'sauver moé...J'suis fatiguée.»

- Parole de "Fatiguée" tiré de l'album La musique en moi, 2011

Ginette Reno est une de ces artistes québécoises qui ne nécessite pratiquement pas de présentation tellement la carrière qu’elle mène a été prolifique. Née à Montréal en 1946, elle commence à chanter très jeune dans les magasins. Maintenant forte de ses 54 ans de carrière, elle charme à chaque fois son public, grâce à son travail et à ses dons d’interprète.

Ginette Reno s’est gagné l’admiration et l’affection d’un très vaste public au Québec, au Canada et à l’échelle internationale. Elle a enregistré plus de 50 albums en français et en anglais, tous d’or ou de platine, et elle a écrit plusieurs chansons. Son art et sa vie reflètent sa simplicité, sa chaleur, sa générosité. L’artiste a aussi fait valoir ses talents de comédienne, tant dans les séries dramatiques de Janette Bertrand, à Télé-Québec, qu’au cinéma, dans des films comme Léolo, Laura Cadieux et Mambo Italiano.

Artiste multidisciplinaire, Ginette Reno a enregistré plus de 600 chansons, donné d’innombrables spectacles, animé des émissions de variétés et joué dans des téléséries et de nombreux films. Femme d’affaires, elle a fondé ses propres maisons de disques en 1967 et en 1977. La Fondation Ginette-Reno vient aussi en aide, chaque année, à divers organismes sans but lucratif ainsi qu’aux femmes et aux enfants en difficulté.

Site Officiel : Ginette Reno

Stéphane Archambault

Fils d'un directeur d'école et d'une enseignante de souche irlandaise, Stéphane Archambault, artiste multidisciplinaire, voit le jour en 1970 dans la région de Montréal. Diplômé de l'École Nationale de Théâtre en 1995, on le remarque rapidement comme comédien dans les séries 4 et demi, La vie, La vie et Rumeurs.

En 1996, c'est toutefois à ses talents de chanteur et d'écriture que Stéphane fait appel pour cofonder le groupe Mes Aïeux et contrer la déprime post-référendaire. Bien que le groupe soit étiqueté comme le meneur du mouvement «néo-trad au Québec, Mes aïeux utilisent en fait des sujets et des personnages traditionnels du folklore québécois, afin d'aborder avec une pointe d'humour des thèmes modernes comme la mondialisation, la politique, l'individualisme, la surmédicalisation, le frénétisme de la vie moderne, l'histoire récente du Québec, la prostitution juvénile etc. On leur doit également des chansons actualisées sur des personnages marquants de l'histoire québécoise comme La Corriveau ou Alexis le trotteur, ainsi que des pièces humoristiques sur des phénomènes de la culture québécoise comme la poutine. Deux thèmes récurrents de leurs chansons sont la protection de l'environnement et la perte de repères de la société québécoise. L'album En famille s'est vendu à plus de 100 000 exemplaires, et la chanson Dégénérations sera couronnée chanson de l'année à l'ADISQ en 2007.

Stéphane Archambault anime depuis l'automne 2013 la nouvelle émission Vraiment top à l'antenne d'Espace musique où il propose des listes de chansons sous forme de palmarès en lien avec des thématiques précises.

Site officiel : MES AIEUX

Jean-Claude Guillebaud

Jean-Claude Guillebaud est un écrivain, essayiste, conférencier et journaliste français connu pour ses reportages importants dans le monde des idées.

C'est après ses études de droit et de sciences criminelles qu'il se lance dans le journalisme en tant que grand reporter pour le quotidien Sud-Ouest en 1965. En 1972, il pousse les portes du Monde, puis celles du Nouvel Observateur dix-sept ans plus tard. Son travail d'excellente qualité est rapidement reconnu et récompensé : il obtient le prix Albert Londres en 1972 - décerné à ceux qui osent se rebeller "contre un ordre social aux idées égoïstes et aberrantes". Président de Reporter sans frontières, il fait de la question de l'auto-critique des médias son cheval de bataille. "Arpenteur de terres et sondeur d'âmes", il sillonne les continents à la recherche de modèles sociaux et politiques différents, en évolution permanente. Au fil de ses découvertes, il se fait peu à peu écrivain, essayiste puis éditeur de la collection Arléa.

Le thème de la religion s’impose peu à peu comme une question fondamentale de son oeuvre. Ainsi, avec ‘La Force de conviction’, paru en 2005, l’auteur s’interroge sur la possibilité d’un juste milieu entre les dogmatismes religieux et laïques, et propose une réflexion d’ordre plus intime avec ‘Comment je suis devenu chrétien’, paru en 2007. Jean-Claude Guillebaud tente de décrire un monde contemporain dépassé par ses contradictions à travers des oeuvres comme 'La Trahison des Lumières', 'La Tyrannie du plaisir', ‘La Refondation du monde' ou ‘Le Commencement d’un monde’.

Publications

2005: La force de conviction : à quoi pouvons-nous croire
2007: Comment je suis redevenu chrétien

2011: Le Goût de l'avenir

2012: Une autre vie est possible

Stephane Laporte

"Le monde serait peut-être meilleur si, collectivement, on arrivait à croire en quelque chose. Une société qui ne croit en rien, c’est une société qui ne va nulle part. Enlever les crucifix si vous voulez, mais il ne peut rester sur les murs que le trou du clou retiré. L’État, ça ne peut pas juste être un drapeau, il faut quelque chose de plus grand, ouvert sur les autres. « ... » Parce que, à tout décrocher des murs, j’ai bien peur qu’un jour nos cœurs aussi soient vides." -19 février 2011, La Presse.

Reconnu comme un infatigable travailleur, un amoureux des mots et de la chanson française. Celui qui contribue à réinventer la télévision québécoise depuis 20 ans a travaillé fort pour récolter le succès. Il a sans contredit marqué le paysage télévisuel et culturel québécois. Toutefois, l'homme est toujours demeuré discret et réservé.

Scénariste humoristique, chroniqueur journalistique dans La Presse, réalisateur et directeur artistique québécois, il est intéressant de noter que M. Laporte a obtenu un diplôme universitaire en droit à l'Université de Montréal.

En décembre 2011, il accepte de devenir porte-parole pour l' Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) pour la remise des prix À part entière. Ce prix récompense les individus, les entreprises et les organismes qui font des gestes significatifs pour faire progresser la participation sociale des personnes handicapées.

En 2014, il écrit toujours une chronique pour La Presse. Trois recueils de ses textes ont été publiés depuis le début de sa carrière. De plus, il collabore avec l'humoriste André-Philippe Gagnon pour ces spectacles. Il tient un ''blogue" sur le site de Cyberpresse.

Blogue de Stéphane Laporte

Hélène Pelletier-Baillargeon

Fille de journaliste - son père, Georges Pelletier, a été directeur du Devoir de 1932 à 1947, Hélène Pelletier-Baillargeon est une femme de lettresquébécoises, journaliste, essayiste et biographe.

Son engagement dans l'aventure de la revue Maintenant commence par des collaborations en 1962, avant qu'elle ne devienne adjointe à la rédaction de 1964 à 1972. L'intellectuelle catholique assume ensuite la direction de la revue traversant les tempêtes qu'essuie un catholicisme d'hier qui met du temps à comprendre qu'il ne peut pas ne pas être de maintenant.

Au moment où Hélène Pelletier-Baillargeon tient chronique au Magazine
Châtelaine, de 1974 à 1980, la citoyenne engagée pense son appartenance dans un essai, Le pays légitime, publié en 1979.

Après le front du renouveau religieux, du combat féminin et du positionnement intellectuel, elle se retrouve sur le front de l'instruction publique, siégeant au Conseil supérieur de l'éducation, puis partageant sa réflexion et son expérience à titre de conseillère au cabinet du Ministre de l'Éducation.

La journaliste chroniqueuse à La Presse s'intéresse par la suite aux figures historiques et rédige plusieurs biographies comprenant Simone Monet-Chartrand, les religieuses du Carmel de Montréal, Jacques Grand'Maison et Robert Cliche.

Elle a été membre de plusieurs conseils d'administration dont celui du Musée des beaux-arts de Montréal, du Conseil supérieur de l'éducation du Québec et, depuis 1988, de la Fondation Lionel-Groulx.

Femme magnifique, intellectuelle aussi respectueuse que critique, historienne auto-formée au contact du présent et du passé Hélène Pelletier-Baillargeon continue à collaborer à un grand nombre d'ouvrages collectifs et de périodiques culturels, historiques et religieux du Québec et du Canada.

Ouvrages publiés :

1993 : Simonne Monet-Chartrand
2001 : Olivar Asselin et son temps

Guy Corneau

Psychanalyste diplômé de l'Institut Carl Gustav Jung de Zurich, Guy Corneau est l'auteur de quatre livres que l'on peut qualifier de best-sellers. Les trois premiers ont été traduits en plusieurs langues : Père manquant, fils manqué, L'amour en guerre et La guérison du coeur. Son quatrième ouvrage, intitulé Victime des autres, bourreau de soi-même, paru aux Éditions Robert Laffont en avril 2003 et aux Éditions de l'Homme en septembre 2003, a également connu un grand succès tant en France qu'au Québec.

Auteur et conférencier de réputation internationale, il a donné des centaines de conférences et animé de nombreux ateliers de développement personnel dans divers coins du globe. Personnalité médiatique, il a coanimé avec Janette Bertrand une série d'émissions sur la psychologie masculine (Télé-Québec), il a participé à plusieurs magazines télévisuels et a été chroniqueur pour Deux filles, le matin à TVA. Pendant trois ans, Canal Vie lui a confié l'animation d'une émission intitulée Guy Corneau, en toute confidence. Il poursuivra cette collaboration, mais dans une toute nouvelle formule de documentaires axés sur la recherche du mieux-être. Il a également signé une chronique hebdomadaire dans le Journal de Montréal. Engagé socialement, il est fondateur des Réseau Hommes Québec et Réseau Femmes Québec, dont la formule s'est répandue dans plusieurs pays francophones.

Jusqu'à tout récemment, et ce, pendant près de dix ans, Guy Corneau a tenu la barre des Productions Coeur.com, organisme réunissant des artistes et des thérapeutes pour la création de nouveaux types de conférences, d'ateliers, de séminaires et de voyages alliant la compréhension psychologique et l'expression créatrice dans une perspective d'ouverture du Coeur.

Productionscoeur.com

Ouvrages publiés :
Père manquant, fils manqué
L'amour en guerre
La guérison du cœur

Djemila Benhabib

Née en Ukraine en 1972 d'une mère chypriote grecque et d'un père algérien, Djemila Benhabib a grandi à Oran dans une famille de scientifiques engagés dans des luttes politiques et sociales. Très tôt, elle prend conscience de la condition subalterne des femmes de son pays. Condamnée à mort par les islamistes, sa famille se réfugie en France en 1994. Djemila Benhabib s'installe au Québec, seule, en 1997, où elle fait des études en physique, en science politique et en droit international. Elle travaille actuellement pour le gouvernement du Canada.

Ma vie à contre-Coran. Une femme témoigne sur les islamistes est son premier essai. Pour ce livre, l'auteure a remporté en 2009 le prix des Écrivains francophones d'Amérique et a été finaliste aux prix littéraires du Gouverneur général dans la catégorie études et essais.

Journaliste (chroniqueuse au Journal de Montréal), féministe, femme politique, et militante contre le fondamentalisme musulman, elle publie en 2012 Les Soldats d'Allah à l'assaut de l'Occident et reçoit le Prix International de la laïcité décerné par le Comité Laïcité République.

En Mars 2014, elle reçoit le Prix humaniste du Québec 2014, décerné conjointement par la Fondation humaniste du Québec et l'Association humaniste du Québec. Elle se représente comme candidate du Parti Québécois en Mars 2014 dans la circonscription de Mille-îles.

Site officiel : Djemila Benhabib

Frederic Lenoir

"Tout le chemin de la vie, c'est de passer de l'ignorance à la connaissance,
De l'obscurité à la lumière, de l'inaccompli à l'accompli, de l'inconscience à la conscience, de la peur à l'amour."

Frédéric Lenoir, né le 3 juin 1962 à Madagascar, est un philosophe et écrivain français,

En 1986, il débute sa vie professionnelle comme directeur de collection aux éditions Fayard et publie comme auteur plusieurs ouvrages d’entretiens ou d’enquêtes sur des thèmes philosophiques et spirituels.

En 1991, il se consacre à l’écriture et à sa thèse de doctorat à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) sur le bouddhisme en Occident (qu’il obtiendra avec félicitations du jury à l’unanimité).

Il est chercheur associé à l'École des hautes études en sciences sociales depuis 1991 et, en 2004, il prend la direction du magazine Le Monde des religions (bimestriel appartenant au groupe Le Monde) qui offre une approche laïque et culturelle du fait religieux. Il a récemment (2012) reçu le prix Saint-Augustin pour le dialogue interreligieux en Méditerranée

Auteur d’une quarantaine d’ouvrages (essais, romans, contes, encyclopédies), traduits dans une vingtaine de langues et vendus à quatre millions d’exemplaires, il écrit de même pour le théâtre, le cinéma et la bande dessinée.

Au cours des 5 dernières années, il publie plusieurs ouvrages de philosophie existentielle qui touchent un large public, parmi lesquels Socrate, Jésus, Bouddha (Fayard), Petit traité de vie intérieure (Plon) et L’Ame du monde (NiL).

Site Officiel : Frédéric Lenoir

 

Rose Dufour

Docteure en anthropologie et spécialisée en santé publique, Rose Dufour a œuvré dans sa spécialité dans le Grand Nord québécois, s'est investie une douzaine d'années pour l'étude des processus d'insertion et de désinsertion sociale des itinérants et s'est aussi penchée sur le dossier des orphelins de Duplessis.

Cette grande dame est aussi à l'aise dans le monde universitaire que dans la rue, avec les victimes de la prostitution qu'elle a choisi d'aider. Elle se sert de l'anthropologie pour analyser les mécanismes par lesquels des enfants et des adultes voient leur vie broyée par la misère, la pauvreté et l'exploitation. À ses yeux, la connaissance n'a d'intérêt que dans la mesure où elle permet de changer les choses, donner la parole à ceux qui ne l'ont pas et parler à la place de ceux qui ne le peuvent pas

Elle est connue à Québec comme fondatrice de La Maison de Marthe, un organisme qui aide les femmes à se sortir du piège de la prostitution, croyant que chaque être humain a une valeur inestimable et que toute personne a droit à une vie pleine et entière. Elle propose de dépasser la philosophie d'assistance pour développer une philosophie de la libération qui conduit à amener la personne à prendre conscience de sa dignité, à sortir de la dépendance et à trouver sa souveraineté. L'objectif de La Maison de Marthe est de réinsérer la personne dans sa qualité d'être, de l'aider à se tenir debout dans sa vie, à participer et à décider librement.

En juin 2013, elle a reçu le prix de l'Ordre national du Québec des mains de la première ministre Pauline Marois.

Ouvrage publié :
Je vous salue...
Téléjournal - Rose Dufour, son histoire

Bernard Emond

Réalisateur, Bernard Émond est né à Montréal en 1951. Aprés des études en anthropologie et un mémoire de maîtrise sur le cinéma ethno-graphique, il travaille pendant les années 1980 dans le Grand Nord canadien comme formateur à la télévision inuit.

Toutes les œuvres de Bernard Émond sont habitées par ses thèmes de prédilection : la dignité et la fragilité humaines, et la perte des repères culturels.

«Très jeune, avoue Bernard Émond, j'ai eu quelque chose qui s'approche d'un sentiment tragique de l'existence. J'ai grandi avec le sentiment que le pire pouvait arriver tout le temps.» Aujourd'hui, le cinéaste est habité par une inquiétude devant la crise culturelle et morale qui frappe la société québécoise. «J'ai le sentiment, lance-t-il, de vivre dans une culture qui est en train de s'autodétruire par manque d'intérêt, que ce fonds culturel canadien-français qui informe toute notre culture est en train de se perdre carrément.»

Émond, aujourd'hui, se réclame donc d'un conservatisme de gauche, qui souhaite renouer avec la transmission du meilleur d'une tradition tout en gardant le cap sur l'idéal de justice sociale.

Avec «le cinéma comme outil d'exploration du monde» et avec ses interventions intellectuelles, notamment les chroniques qu'il signe depuis deux mois dans la revue Relations, Émond entend se battre contre «le recul du sens» qui risque d'entraîner la désagrégation de notre identité.

Dernières réalisations

2007 : Contre toute espérance

2008 : Ce qu'il faut pour vivre

2009 : La Donation

2012 : Tout ce que tu possèdes

Jonathan Painchaud

Jonathan Painchaud , né aux Îles de la Madeleine, le 17 septembre 1974 était le chanteur de l'ancien groupe musical Okoumé. Maintenant auteur-compositeur et producteur, Jonathan Painchaud a lancé sa carrière solo avec différents réalisateurs et nous a présenté un 7e opus en carrière intitulé Mon cœur collé au tien, lancé en octobre 2013.

Certainement l'un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus talentueux de sa génération, Jonathan Painchaud a offert aux radios de très nombreux succes au cours des dernières années. Se sont enchaînés plusieurs #1 tirés de ses trois albums solos.

Excellent raconteur d'histoires comme peu savent le faire, le premier extrait de son dernier album , petite poupée est une ode aux survivants des batailles de l'amour. Un album touchant qui marie plusieurs sonoritées, alliant le folk et le rock. Un album mûr, assumé, très près des préoccupations d'un homme à l'aube de la quarantaine. Il y est question d'histoire simples de la vie, de l'amour inconditionnel d'un enfant, de ruptures, d' amours naissants, d'amitiés et de fraternité.

Site officiel : Jonathan Painchaud

Eugénie Francoeur

Humaniste dans l'âme, Eugénie s'intéresse depuis sa tendre enfance à la condition humaine, aux petits et grands gestes qui peuvent faire la différence dans la vie d'un enfant, d'une femme, d'un homme.
C'est pour donner vie à cette passion, qu'après 20 ans de journalisme, Eugénie quitte, en 2011, son travail dans les médias. Pour elle débute alors l'aventure d'ambassadrice et de directrice générale de l'Humain pour l'humain, un organisme humanitaire qui révolutionne la façon de faire de la consolidation d'équipe en offrant des activités de team building humanitaire.

Pour elle, c'était la suite logique de son chemin de vie. Depuis l'âge de 16 ans, Eugénie voyage. Curieuse, elle a parcouru les quatre coins du globe à la découverte des êtres humains. Exploratrice dans l'âme et de l'âme, elle est fascinée par les différentes facettes de la nature humaine. Pendant 20 ans, sa soif de rencontre a été abreuvée par son travail de journaliste au sein de Radio-Canada.

Récipiendaire de nombreuses récompenses professionnelles, Eugénie a travaillé ces dernières années sur de grands documentaires de réflexions qui incitent la société et les êtres humains qui la composent à réfléchir sur le sens profond de la vie.

Pendant toutes ces années, Eugénie a été impliquée dans diverses formes de bénévolat et d'aide humanitaire. Elle a aussi poussé plus à fond sa quête de la connaissance de soi en pratiquant et en enseignant la méditation en Asie, en Europe et en Amérique du Nord. Conférencière depuis une quinzaine d'années, ses propos invitent à l'ouverture du cœur.

René Derouin

Né à Montréal en 1936, graveur, peintre, sculpteur et réalisateur d'installations, du petit au grand format, René Derouin poursuit une recherche axée sur l'identité continentale, à la lumière des cultures populaires des Amériques. Voyages, rencontres et échanges du nord au sud, du Québec au Mexique, ont favorisé, au cours des quarante dernières années, la création d'œuvres marquées de ces expériences.

Ne se cantonnant pas aux limites traditionnelles de la gravure, Derouin produit un fascinant corpus d'oeuvres qui repousse les limites de cet art, et à travers lequel le créateur explore les notions de soi, de temps et de lieu.

Chapelle/Capilla, l'une de ses récentes installations, marque une rupture avec le reste de son oeuvre, une réconciliation avec la dimension sacrée de la culture québécoise, mais qui n'a rien de religieux. Créée à Percé, à la Villa James, où il était en résidence d'artiste, cette oeuvre témoigne d'une volonté de se réapproprier une forme de spiritualité qu'il n'avait voulu nommer jusqu'à présent.

Apprécié sur plusieurs continents, le travail de René Derouin obtient une large diffusion au Québec, au Canada et à l'étranger, plus spécifiquement au Mexique où il a reçu les plus grands honneurs du gouvernement mexicain. Ses œuvres ont également été exposées en France, aux États-Unis, au Venezuela, en Australie et au Japon.

Site officiel : René Derouin

Jardins du précambrien

Stéphanie Gravel

Depuis plus de 7 ans, Stéphanie Gravel travaille dans le domaine de l’enseignement de la culture religieuse.

En plus d’avoir été responsable des sciences religieuses aux CEGEP Jean-De-Brébeuf et André-Grasset de 2004 à 2007, ses charges de cours en sciences des religions à l’Université de Montréal ainsi que ses contrats d’auxiliaire d’enseignement à la même faculté lui ont permis d’expérimenter les enjeux et les défis de l’impartialité professionnelle.

De plus, de 2006 à 2009, la FEEP (Fédération des établissements d'enseignement privés) et le MELS (Ministères de l'éducation) l’a nommée responsable du programme "Ethique et Culture religieuse" pour toutes les écoles privées au Québec. Elle a donc formé environ 1000 enseignants du primaire, du secondaire et des écoles en adaptation scolaire. Elle a aussi formé les directeurs des écoles privées québécoises. Elle poursuit un doctorat à l’Université de Montréal où elle approfondit l’épineuse question de l’impartialité professionnelle du programme E.C.R. et travaille en collaboration avec la Chaire Religion, culture et société.

Paul-Emile Roy

Paul-Émile Roy est un littérateur et un écrivain québécois qui s'intéresse plus particulièrement à l'éducation, la politique et à la spiritualité.

Natif de Saint-Cyprien, il fit ses études au collège Saint-Laurent et à l'Université de Montréal, où il obtient son doctorat en littérature après avoir séjourné à l'Université de Paris.

Essayiste marginal dont les ouvrages ne sont pas conçus pour faire la manchette, Paul-Émile Roy est néanmoins l'auteur d'une œuvre relativement importante qui brille par sa constance. Défenseur de l'héritage catholique du Québec, souverainiste résolu et, surtout, champion d'une vie vécue avec la culture, aussi bien universelle que québécoise, Paul-Émile Roy se nourrit notamment de la pensée d'un Pierre Vadeboncœur, dont il offre une version vulgarisée et plus conservatrice.

Aujourd'hui, l'essayiste ressent le besoin de faire le point sur son parcours, pas tant pour se raconter lui-même que pour jeter un regard sur l'époque. «Je tente, écrit-il dans Le Mouvement perpétuel-Itinéraire d'un Québécois candide dans la modernité, de rendre compte de ce qui s'est passé autour de moi, dans la société, dans le monde.»

Publications

2004 - Revisiter le christianisme
2006 - Il faut achever la Révolution tranquille!

2012 - La crise spirituelle du Québec

Samian

« Quand Samian entre dans la salle de spectacle du cégep de Rimouski, un groupe de décrocheurs l’attend. Partout où il va, le rappeur d’origine algonquine a un rôle qui dépasse la musique. Samian projette l’image d’un jeune autochtone inspirant et engagé. »

-19 janvier 2013, La Presse

Jeune Algonquin de 27 ans qui n'a pas eu peur de sauter à bord du Wapikoni mobile en 2004. Une expérience qui a transformé sa vie et qui a fait de lui une véritable vedette au Québec. Les mots qu'il chante sortent de son âme. Ils sont une arme pour le rappeur qui se vide le coeur dans ses chansons et parle au nom de toute une nation.

Originaire de Pikogan, petite communauté autochtone enclavée dans la ville d’Amos, en Abitibi-Témiscamingue, Samian — traduction de son prénom, Samuel, dans la langue algonquine — a conquis en portant fièrement ses couleurs; celles de tout un peuple, ce peuple « invisible » qu’il dit « invincible » et pour lequel il revendique respect et reconnaissance. Voix par laquelle s’exprime au présent une histoire vieille de plusieurs siècles, le rappeur métis déclame sa poésie avec l’âme du guerrier… Avec une part d’ombre, mais non sans lumière — je suis vivant, c’est pour ça que j’y crois —, évoquant le passé au nom de l’avenir des générations futures, un avenir heureux qu’appelle le courage de la nouvelle génération, une nation de frères unis.

Pas de doute lorsque nous le rencontrons que nous sommes en présence d'un artiste sans demi-mesure, toujours désireux de foncer tête baissée pour défendre ses valeurs et ses racines. Parce que le rap pour lui, «c'est plus fort que la politique», pourrait-on le paraphraser.

Site Officiel : Samian

Marie-Andrée Roy

Marie-Andrée Roy est professeure au Département de sciences des religions et directrice de l'Institut de recherches et d'études féministes de l'UQAM.

Membre fondatrice de la collective L'autre Parole, elle se situe dans le prolongement des interrogations des Sociologues et des théologiennes féministes qui revendiquent une reconnaissance de la place et du rôle des femmes au sein de l'Église.

En 1991, Mme Roy s'associe au projet de recherche dirigé par Anita Caron de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). C'est dans cette vaste enquête que cette sociologue de l'affirmation des femmes dans l'Église réalise une recherche doctorale intitulée «Les femmes et le pouvoir dans l'Église. Le cas de l'Église catholique de 1970 à nos jours».
Ses objectifs de recherche sont multiples. L'auteure vise à mettre en relief les paramètres sociaux qui influent sur les rapports de pouvoir au sein de l'Église, à retracer les perceptions du rôle des femmes par elles-mêmes et à proposer des stratégies d'action dans une perspective de transformation. Un défi que la chercheuse engagée relève avec succès!

Malgré la complexité de la démonstration et la diversité des objectifs de recherche, cet ouvrage demeure un outil indispensable dans le champ religieux non seulement par son intéressant bilan historiographique, mais aussi par son approche théorique bien définie et par son souçi d'y faire correspondre le vécu des femmes, théologiennes et travailleuses dans le milieu.

Jacques Grand'Maison

Sociologue, théologien, professeur, pasteur en paroisse, aumônier jociste, prêtre éducateur, animateur social et essayiste, Jacques Grand'Maison est un observateur perspicace, et parfois dérangeant, de la société québécoise et de son évolution.

En proposant une réflexion éclairée et un engagement sensible aux enjeux fondamentaux de notre monde moderne, ses analyses ont contribué à une évaluation plus précise du chemin parcouru depuis la Seconde Guerre mondiale.

Son engagement auprès des jeunes est constant, comme l'illustre une vaste recherche-action, qu'il a dirigée au courant des années 90, sur les générations québécoises et leurs rapports, suivie de sa participation au groupe influent Le Pont entre les générations.

Au cours de sa carrière, il a reçu notamment le Prix des sciences humaines du Québec (1970), le Prix Esdras Mainville (1981), un doctorat honoris causa des universités de Sherbrooke (1987) et Laval à Québec (1998), le Prix de la Fédération des sciences sociales du Canada (1990). Il a tout autant publié une quarantaine de livres dont plusieurs ont été traduits en quelques langues et est l'auteur de centaine d'articles et d'essais littéraires et poétiques qu'on lui doit.

À l’aube de ses 80 ans, Jacques GRAND’MAISON présente, dans un ouvrage très personnel: "Société laïque et christianisme" à la fois le bilan de sa réflexion et de son action et les espérances qu’il porte toujours en lui.

Prenant acte que la condition laïque est notre nouvelle réalité historique, il propose un essai critique sur les liens d’humanité qui unissent la société actuelle et le christianisme.

Publications récentes

2007 - Pour un nouvel humanisme
2010 - Société laïque et christianisme

Matthew Coon Come

"I choose to forgive the church officials who tried to kill my language and my culture, and who wanted me to be ashamed of who and what I am. It is time for me to move on. And to continue being Cree, in defiance of everything the federal government intended for me and my people."

- Lu à l'assemblée nationale par M. Coon Come, 2008

Matthew Coon Come (né près de Mistissini, Québec) en 1957) est un homme politique et activiste canadien d'ascendence crie. Il était Chef National de l'Assemblée des Premières Nations de 2000 à 2003.

Il a d'abord étudie la science politique à l'Université de Trent suivi du droit à l'Université McGill.

Coon Come est d'abord élu grand chef et président du Grand Conseil des Cris en 1987. Il devient internationalement célèbre pour ses efforts pour défendre les droits fondamentaux des autochtones, notamment dans la campagne contre le projet hydroélectrique de la Baie James du gouvernement du Québec.

Mieux connu pour son travail international pour protéger le mode de vie traditionnel des peuples autochtones, sa voix a été entendue à travers le Canada pour défendre les droits fondamentaux des peuples autochtones. Sous sa direction, le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee) est resté au centre de chaque question politique majeure qui concerne les peuples autochtones du Canada.

En plus du Prix Goldman, il a également été récipiendaire du prix de l'environnement Equinox et le prix Condé Nast environnement.

Alexandra Pleshoyano

Alexandra Pleshoyano, conférencière réputée, est docteure en théologie spirituelle et professeure adjointe à l'Université Saint-Paul à Ottawa. Elle a publié aux éditions Novalis "J'avais encore mille choses à te demander, l'univers intérieur d'Etty Hillesum".

 

Elle a reçu en 2009 un appui financier du Conseil de recherches en sciences humaines, pour son projet postdoctoral qui porte sur les figures religieuses dans l'œuvre de Leonard Cohen. Son sujet de recherche l'a amené sur la route car ses conférences sont en demande au Canada, au États-Unis et en Europe.

La question principale que sous-tendait son exposé était la suivante : «Peut-on prétendre que Leonard Cohen soit spirituel, mais non religieux ?» L'analyse portait sur Leonard Cohen et sur sa relation avec ce qu'il considère comme le divin ou le sacré. Le mot«religieux» utilisé ici au sens large du terme, c'est-à-dire à ce qui renvoie à un mystère qui dépasse infiniment tous les cadres institutionnels et dogmatiques, soit toutes institutions religieuses.

Benoit Lacroix

"Dieu, objet et but premier de la foi chrétienne libre et personnelle, a livré son message à travers une histoire sainte qui va de la Genèse à l'Apocalypse. Cette histoire inclut hier, aujourd'hui et demain. Jésus s'est inséré dans cette histoire ; il s'y est incorporé pour instruire les siens."

- Mort et survie des religions, p. 19

Benoît Lacroix est un dominicain, théologien, philosophe et professeur québécois.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce personnage généreux, à l’écoute, ouvert au dialogue, Il faut écouter le père Benoît Lacroix pour entendre une parole riche et inspirante. Né à Saint-Michel de Bellechasse le 8 septembre 1915, il est entré chez les Dominicains et il a été ordonné le 5 juillet 1941. Il a été professeur à l'Institut d'études médiévales de l'Université de Montréal de 1945 à 1980. Sa situation de personne retraitée ne l'empêche pas de continuer à prononcer des conférences et à donner des entrevues dans les médias. Cet homme ouvert au dialogue avec tous privilégie cependant une présence spéciale aux jeunes. Plusieurs se mettent à son écoute pour découvrir une parole pleine de sagesse.

La spiritualité de Benoît Lacroix est tout un monde, fascinant à explorer. Son attrait pour le sacré se manifeste à travers la diversité des cultures. Il l'étudie au Canada français, bien sûr, mais le point de vue comparatiste l'intéresse toujours. C'est ce qui l'attire au Japon, avec le bouddhisme; c'est ce qui le passionne au Rwanda, à Butare (Le Rwanda, mille heures au pays des mille collines); c'est ce qui le fascine chez les Amérindiens. Le rapport du sacré avec la culture le fascine. On n'est donc pas surpris de le voir mettre l'épaule à la roue pour le lancement d'un Musée des religions à Nicolet en 1983.

Nous pouvons dire que le père Lacroix est plus un spirituel qu’un religieux, étant donné sa posture qui ne cherche pas autant à juger et condamner qu’à questionner et accepter que nous n’ayons pas toutes les réponses…

Leo-Paul Lauzon

Léo-Paul Lauzon a vécu son enfance dans le quartier défavorisé du Centre-Sud de Montréal, autrefois nommé le « Faubourg à mélasse ». Il est le deuxième d'une famille de trois enfants, d'où il est le seul garçon, et la situation de pauvreté dans laquelle il a vécu l'a amené à questionner les inégalités socio-économiques ainsi qu'à les décrier.

Lauzon a reçu un MBA au HEC (Hautes études commerciales) de Montréal et un doctorat en gestion à l'université de Grenoble1. Il était le premier au Québec et le troisième au Canada dans l'examen des comptables agréés. Lauzon est aussi un comptable en management accrédité, le premier au Canada lors de son évaluation.

Il est professeur de comptabilité à l'école des sciences de la gestion de l'université du Québec à Montréal1 depuis qu'il a complété ses études en 1973. Il a fondé la chaire d'études socio-économiques de l'UQAM en 1996. Son parcours lui a valu d'être comparé à Michel Chartrand, duquel il se dit le fils spirituel.

Lors de l'élection fédérale canadienne de 2006, il est candidat néo-démocrate dans la circonscription d'Outremont. Il déclare s'être lancé en politique dans le but de s'attaquer aux inégalités

Il tient un Blogue hébergé par Le Journal de Montréal.

Alain Crevier

Alain Crevier est un journaliste et animateur de télévision et de radio québécoise.

Détenteur d'une formation en économie et en science politique, il œuvre à Radio-Canada depuis 1980. Jusqu’à 1991, il a travaillé à la radio.

Depuis 1995, il anime Second regard, une production qui tente de nous faire découvrir l'ensemble du monde spirituel, sans être attaché à une croyance ou une idéologie précise. Dans de nombreux cas, "second regard" devient une sorte d'école ou l'auditeur peut prendre contact avec la quête de sens. Véritable ovni télévisuel, en ondes depuis 1975, l'expertise de "second regard" devient une référence lorsque l'on cherche à comprendre les prises de position de l'épiscopat catholique face à la société.  Idem pour les débats concernant l'euthanasie, l'avortement, l'émergence de l'Islam, l'intégrisme religieux et plusieurs autres.  Alain Crevier devient un spécialiste interrogé dans le cadre des émissions d'information.

« Je suis croyant, mais je ne dis pas en quoi. La foi, pour moi, ce n'est pas croire aveuglément à un monsieur ou à des déesses. C'est accepter ce qu'on ne sait pas. »

Il est l’un des rares journalistes spécialisés dans le domaine religieux au Québec qui rêve encore d’une Église réformée : « Il y a quelque chose que l'Église doit régler avec elle-même : sa façon d'aborder la modernité. Ça n'a pas de sens de ne pas avoir plus de femmes dans les couloirs du Vatican. Ouvrez-vous, bonté divine ! »

Blogue société : Alain Crevier

Guy Durand

- Professeur émérite de l'Université de Montréal
- Théologien et juriste spécialisé en éthique
- Membre honoraire de la Faculté de médecine

Après des études en droit et en sciences religieuses au Québec, Guy Durand a poursuivi sa formation à Lyon (doctorat en théologie), à Münster (langue et théologie) et à Paris (éthique médicale).

Le professeur Durand a travaillé à l'Université de Montréal en 1962-1963 et de 1967 à sa retraite, en 1997 : d'abord à l'Institut supérieur de sciences religieuses, puis à la Faculté de théologie et de sciences des religions.

On peut diviser sa carrière en deux périodes : dans un premier temps, il a axé ses recherches sur l'éthique théologique et la formation des maîtres ; par la suite, il s'est intéressé à la bioéthique et au monde de la santé.

Au début de sa vie professionnelle, le professeur Durand a donné de nombreux cours de théologie : morale fondamentale, morale sexuelle, respect de la vie, théologie spirituelle, mariage. Il a fait partie de plusieurs comités internes, dont le conseil de la Faculté.

Même s'il est à la retraite, Guy Durand continue d'écrire et de publier (notamment en éthique sociale et politique une vingtaine de livres, une cinquantainee d'articles scientifiques) et de donner des conférences.

Mario Pelchat

Enraciner sa vie pour mieux s'épanouir.
Qui ne connaît pas Mario Pelchat, le chanteur québécois à la voix profonde et envoûtante ?

Il a conquis le Québec, la France, le Liban, la Russie., sans compter les grandes personnalités de ce monde, dont Michel Legrand qui signe la préface de la bibliographie du chanteur populaire : "Le semeur".

"Le semeur a ses rêves
Qu'il emporte avec lui
Une veine, une sève
Où l'on s'abreuve aussi
Pour autant qu'il demeure
On vivra à travers lui."

Avec une carrière qui se poursuit depuis maintenant plus de 30 ans, des succès à profusion, des comédies musicales majeures (Picasso, Notre-Dame de Paris, Don Juan), des duos avec Michel Legrand et d'autres grandes vedettes des scènes locales et internationales, Mario n'a pas fini de nous étonner autant par ses chansons que ses nombreux projets à titre de producteur et de propriétaire d'un vignoble en pleine croissance.

Site officiel : Mario Pelchat

Pierre Maisonneuve

Pierre Maisonneuve est un journaliste, un animateur de télévision et un animateur de radio québécois.

Né dans une famille de dix enfants, son père est un menuisier-charpentier. Il lui apprend tout sur l'histoire du Québec et la politique québécoise.

Il s'inscrit au collège des annonceurs à la suggestion de ses amis. Après ses cours, il travaille à Cornwall et devient disc-jockey, puis présentateur de nouvelles.

Il est journaliste depuis 1964 et il a travaillé pour Radio-Canada (SRC) de 1971 à 2012. Il est également l'auteur d'ouvrages biographiques sur Jean-Claude Turcotte, Michel Dumont et Marc Ouellet. Il a couvert plusieurs thèmes de l'actualité: politique, société, économie, science et culture.

Ses reportages l'ont fait voyager dans plusieurs pays : Burkina Faso, États-Unis, Israël-Palestine, Japon, Mali et Royaume-Uni. Il n'a jamais été correspondant étranger ayant mis sa famille en priorité.

Maisonneuve a animé plusieurs émissions de télévision pour la SRC et pour le Réseau de l'information (RDI) : Actualités, Découverte, Enjeux, Point de presse et Maisonneuve à l'écoute.

Il a récemment signé la biographie de Gilles Vigneault, paru en mars 2012. Intrigué par le fait que certaines chansons de Vigneault témoignent d'une quête spirituelle profonde, Maisonneuve l'a rencontré pendant plusieurs heures afin de comprendre comment ce dernier avait, dans la tourmente du dernier demi-siècle, gardé en lui la foi héritée de ceux et celles qui l'ont précédé. En résulte un dialogue surprenant, dans lequel le grand poète nous révèle avec franchise et pudeur le pays intérieur qui l'habite.


Gilles Vigneault : un pays intérieur

Une entrevue avec Pierre Maisonneuve auteur de Vigneault, un pays intérieur.

Gianni Vattimo

Gianni Vattimo, né en 1936, est un des plus éminents philosophes italiens actuels. Professeur de philosophie à l’université de Turin et député européen. Croyant, il défend une foi non dogmatique. Il a, entre autres ouvrages philosophiques majeurs, publié "Après la chrétienté, pour une christianisme non religieux" composé d’une série de sept articles publiés dans différentes revues philosophiques entre 1993 et 2002

Toute la démarche de l’auteur vient s’inscrire dans l'estimation probable de notre certitude et de notre foi, ce qu’il résume en rapportant que c’est à la suite d’un coup de téléphone avec un de ses anciens professeurs très croyant, qui lui demandait si au bout du compte il avait encore foi en Dieu, que Gianni Vattimo s’est surpris à lui répondre : « Disons que j’espère croire .

Vattimo, méfiant envers les dogmes de la modernité, a fait le choix d’étudier la philosophie et en particulier Nietzsche et Heidegger, « critiques les plus radicaux de la modernité ». C’est paradoxalement à travers ces deux penseurs que Vattimo a retrouvé le christianisme, sous la devise Credere di credere ( En italien, Credere di credere sonne de façon paradoxale, croire signifiant en même temps « avoir une foi, une conviction… à propos de quelque chose » et « estimer, penser avec une marge d’incertitude ».

Reconnu pour sa réflexion particulièrement précieuse dans l’horizon de la « fin de la métaphysique »,Gianni Vattimo , pense que le principe de la sécularisation des sociétés modernes réside dans l’incarnation du Christ. Dans l’«ontologie faible ou PENSEE FAIBLE », un concept dont il est l’auteur, il voit une transcription du message chrétien pour l’époque actuelle.

Xavier Gravend Tirole

Jeune théologien et globe-trotter, Xavier Gravend-Tirole est ce qu'on pourrait appeler un «nouveau chrétien».

Après avoir complété son premier cycle universitaire, celui-ci a décidé de prendre le chemin le plus long pour aller de Montréal à Montréal. Voyage initiatique, le tour du monde qu’il a effectué en visitant de nombreux lieux sacrés sur la planète reste l’un des moments les plus mémorables de sa vie. Ayant rencontré des personnes vivant de manières très variées leur spiritualité, Xavier fut profondément émerveillé par les formes de métissages qui s’opéraient dans leur vie spirituelle.

Docteur en théologie et en sciences des religions (Université de Montréal et Université de Lausanne) sa thèse examine comment le métissage peut devenir une catégorie théologique féconde pour penser l’identité, le rapport à l’autre et le pluralisme religieux.

Inspiré par des figures comme Gandhi, Martin Luther King Jr., Desmond Tutu ou Dom Elder Camara, Xavier se reconnaît dans la figure des intellectuels publics – à vouloir penser en homme d’action, et agir en homme de pensée – demeurant convaincu que le religieux est d’abord porteur de fraternisation, d’humanité, de générosité et d’estime devant l’autre. Or, contrairement aux guerres, bruyantes et révoltantes, la paix demeure surtout discrète et silencieuse…

Adepte d'un christianisme plus libéral et plus humain, Xavier souhaite redonner aux chrétiens et à leur religion une crédibilité. C'est même une urgence pour lui.

Il a aussi écrit un livre-manifeste pour un renouveau du christianisme: Lettres à Kateri, aux Éditions Le Jour (2012).

Neal Blough

Directeur du Centre mennonite de Paris et professeur à Vaux-sur-Seine (Paris) Nel Blough est l'un des évangéliques les plus influents de France.

Il a donné deux conférences au Centre d'études anabaptistes de Montréal en septembre dernier ayant comme thèmes : "Récit, communauté ecclésiale, et interprétation biblique" ainsi que "L'apport anabaptiste à l'héritage évangélique".

Lors de ces conférences, Monsieur Blough parla notamment de la question délicate de l'interprétation et l'utilisation des récits bibliques en foi chrétienne. Il apporta de même des réflexions essentielles sur l'identité évangélique et aborda principalement le cas français, qui s'avère toutefois remarquablement éclairant pour comprendre la réalité évangélique en contexte québécois.

Accueil

 

L’Heureux Naufrage :

Après l’effondrement de l’Institution religieuse, celle des grandes utopies politiques, et la désillusion, plus récente, du libéralisme économique : les québécois et québécoises font face à une perte de sens, un vide profond. Nous sommes plus prospères que jamais, plus libres que jamais de créer notre vie, mais quelque chose nous manque. Tout le monde le sent.

L’Heureux Naufrage est un film documentaire profond et humain sur le sens de la vie et nos valeurs. À travers le regard de plus d’une trentaine de personnalités publiques, québécoises et françaises, il aborde des questions essentielles, jamais explorées de cette manière chez nous. Denys Arcand, Éric-Emmanuel Schmitt, Denise Bombardier, Pierre Maisonneuve, et bien d’autres, y livrent leurs réflexions très personnelles, sur le vide qui les habite, la quête de sens, la spiritualité, Dieu.

Après avoir renoncé à toute forme de foi, ce pourrait-il, comme le pense Stéphane Laporte, que nous assistions en ce moment, au Québec, à un « retour vers les choses fondamentales », un « renouveau spirituel » ? Ou bien, comme le suggère Alain Crevier, que nous soyons « en train de se réapproprier le mot foi » ?
Face au futile et au frivole d’un monde utilitariste, face à l’instantanéité, au prêt-à-porter, le film interroge les fondements de nos valeurs et de nos croyances. Il met des mots autour de grandes questions qui nous habitent tous et propose de faire la paix avec notre héritage religieux. Un film inspirant et touchant, construit au fil des rencontres, dans lequel s’entrecroisent des visions et des pistes de réponses sur le vide spirituel de notre société postmoderne.

« La réaction est toujours forte quand je présente des extraits d’entrevues du film. Il provoque des silences, des sourires, il apaise. Pour moi, c’est la preuve que L’Heureux Naufrage est profondément pertinent. C’est un film universel qui touche toute les générations québécoises. C’est un retour vers l’essentiel. La proposition d’une introspection personnelle, mais aussi de société, et je pense que le moment n’a jamais été aussi propice à ces réflexions. » — Guillaume Tremblay, réalisateur.

guilllaumefacebook

S'inscrire à la liste d'envoi

Adresse courriel :

Prénom:

Nom de famille:

Régions:

Organisme:

telephone:


$ Apporter une contribution

Entrer un montant !